1955 1963 1981 1989 1991 1992 1995 2000 2003 2008 2011 2013 2014 2015 2017 2018 2019 2020

1955 - Création de Café Liégeois

Charles Liégeois espérait intégrer la meunerie familiale à l’issue de son service militaire. La place est prise par son cadet. Le destin lui ouvre une autre porte : celle de la torréfaction Dejong, à Dison. Charles emprunte de l’argent à son père, achète la mini entreprise, et se jette à corps perdu dans une aventure qui durera une vie entière. Il continue à produire malt et chicorée, et découvre le café aux côtés de Joseph, le torréfacteur de la maison.

Charles baptise son entreprise Mokana, en mémoire d’un oncle planteur au Congo. Et la rebaptise Les Cafés Liégeois quelques années plus tard, quand un courrier officiel souligne la confusion possible avec le Mokona d’un certain Monsieur Douwe Egberts. Un instant prêt à négocier « à l’amiable », Charles découvre la taille et la puissance de son concurrent néerlandais, et opte pour un nom « qu’on ne nous prendra plus » : Les Cafés Liégeois


1963 - De Dison à Petit-Rechain

Les Cafés Liégeois déménagent à Petit-Rechain, dans les écuries de ce qui deviendra la maison familiale. Plus spacieux, ce nouveau bâtiment permet l’achat d’un nouveau torréfacteur.

Jusque-là fournisseur de grossistes, Charles Liégeois élargit sa clientèle en choisissant de s’adresser également à l’Horeca et aux particuliers. Il propose des machines à café FAEMA et met au point de nouvelles techniques de vente, dont « le café à prime », qui donne droit à différents cadeaux (tasse, assiette, essuie-mains) en fonction des quantités commandées. Il continue à affiner sa connaissance du café, notamment en profitant des déplacements de son père à la Bourse aux grains d’Anvers pour se rendre à la Bourse aux cafés.

1981 - Arrivée de Michel suivi de Benoît

Charles Liégeois et ses enfants

Michel puis Benoît Liégeois intègrent l’entreprise familiale pour se former aux côtés de Charles. Une évidence, sans être une obligation : on parlera d’un penchant naturel, doublé d’un goût immodéré pour les arômes et les voyages

Leur sœur aînée, Bernadette, préfère servir le Café Liégeois au sein d’un salon de dégustation verviétois, qu’elle laissera dans d’autres mains en 2018.

1989 - Rachat de la société Romaty

achat d'un deuxième batiment

1991 - Rachat des cafés Paulista

Café Liégeois rachète l'entreprise Paulista

Café Liégeois rachète Paulista, à Bruxelles, et sauve une quarantaine d’emplois.

Cette maison bruxelloise, créée en 1921, avait racheté les cafés Carioca de la Compagnie Brésilienne en 1961, et les cafés Padanga en 1975. Connue comme « l’aristocrate du café » à Bruxelles, dans le Brabant wallon et dans le Hainaut, elle avait séduit les épiceries fines avant de se tourner vers l’Horeca. En intégrant Paulista, Café Liégeois accentue sa présence sur le marché de la capitale et au Nord du pays.

1992 - Enfin de la place !

achat d'un troisième batiment pour y intégrer la production

Le marché grandit, les ambitions de Charles aussi : l’entreprise propose désormais, outre des plateaux complets, les accompagnements des produits de consommation destinés à l’Horeca. Un nouveau lieu de stockage s’impose. Les Cafés Liégeois construisent un bâtiment au 34, Avenue du Parc dans le zoning de Chaineux.

1995 - Les Cafés des Grandes Origines

lancement du café des grandes origines avec des pods

Charles, visionnaire, intègre les pods à la production et crée la première gamme au monde de cafés d’exception. Il la baptise Les Cafés des Grandes Origines et leur donne la place qu’elles méritent : dans un coffret élégant, à offrir ou s’offrir. En dosettes, ces cafés grands crus permettent à chacun d’affiner ses choix, ou de les affirmer, sans pour autant les imposer à toute la tablée.

2000 - Lancement des pads Senseo

Compatibles avec les cafetières Senseo, les pads valent à Café Liégeois (comme à d’autres torréfacteurs européens) un procès de longue haleine :  Sara Lee (Douwe Egberts), détentrice du brevet européen sur les machines Senseo, estime en effet que le brevet couvre également les pads. Mais elle n’aura pas gain de cause : le jugement final accorde à tous les torréfacteurs la liberté de produire des pads.

2003 - Nouvelles lignes de conditionnement

Le batiment de la production accueille de nouvelles lignes pour le conditionnement

Le bâtiment du zoning de Chaineux s’agrandit, pour accueillir les lignes de conditionnement des Cafés Liégeois. Le stock de café vert et la torréfaction restent dans le bâtiment emblématique de l’entreprise, à quelques centaines de mètres de là.

Le département torréfaction déménagera à son tour en 2008.

2008 - Lancement de la gamme Mano Mano

Création et lancement de la gamme Mano Mano, le 12 décembre, sous le regard du secrétaire d’État Melchior Wathelet et du ministre Marcourt.

Café Liégeois s’engage à commercialiser un café produit dans des conditions saines, naturelles et équitables, par des communautés villageoises qui en retirent un profit légitime. Elle associe à son projet l’asbl Terres Solidaires, qui œuvre dans la région du Chiapas (sud-est du Mexique, Amérique centrale).

2011 - Partenariat ComEqui

culture de café au Kivu soutenu par Comequi

Café Liégeois entame sa collaboration avec ComEqui, sous le label Mano Mano : l’entreprise entend reconnaître le travail des producteurs du Kivu (une région de l’est de la République Démocratique du Congo, Afrique) et améliorer leurs conditions de vie en leur offrant un prix juste.

2013 - On manquait de place…

achat d'un troisième batiment dans le zoning de Chaineux

Café Liégeois acquiert un nouveau bâtiment dans le zoning de Chaineux, à Avenue du Parc 30, et y installe le stock Horeca, les bureaux et la logistique. Le stock de café vert trouve sa place au numéro 34 : toute la ligne de production est désormais logée à la même enseigne ! L’année suivante, le bâtiment s’agrandira encore, pour accueillir un stock plus large d’emballages, et les machines de conditionnement des capsules compatibles Nespresso.

2014 - Début de la troisième génération

Quentin Liégeois est tombé dans le café quand il était petit. Représentant enthousiaste de la troisième génération, il rejoint l’entreprise en tant que technicien, au service technique des machines à café, et comprend qu’il doit gravir les échelons. Responsable du contact avec les fournisseurs de machines, puis responsable des achats, Quentin renouera avec ses premières amours en 2019 en entamant un cursus international, avec l’ambition de partager sa connaissance du café au sein de l’entreprise… et au-delà.

2015 - Achat de Moka d’Or à Libramont

rachat de la société Moka d'Or

Avec l’achat de Moka d’Or, à Libramont, Café Liégeois améliore encore ses services techniques et de distribution auprès des clients wallons, et s’ouvre une porte vers de nouveaux marchés au Luxembourg. L’entreprise est désormais accessible facilement partout en Wallonie.

2017 - Décès de Charles Liégeois

ancienne photo de Charles liégeois

La grande famille Café Liégeois est en deuil : Charles décède le 6 février, à l’âge de 85 ans. Attentif à sa société et à ses équipes jusqu’à son dernier souffle, il laisse à ses enfants, et aux générations futures, une entreprise prospère, le souvenir de sa bienveillance, et une passion sans faille pour l’univers du café.

2018 - Partenariat Nord-Nord avec Fairebel

Benoit Liegeois pour signer l'accord avec Fairebel

Café Liégeois signe un partenariat Nord-Nord avec Fairebel, la nouvelle marque solidaire et équitable des agriculteurs belges, qui leur permet de recevoir une rémunération décente pour une partie de leur travail. Café Liégeois s’engage à décliner une partie de sa gamme « Lait » sous le label Fairebel, et signe cet accord dans le cadre symbolique de la Foire de Libramont.

2019 - Début des caps Dolce Gusto

lancement de la ligne de capsules Dolce Gusto

Café Liégeois met en service la ligne de production et d’emballage pour les capsules compatibles Dolce Gusto.

2020 - Café Liégeois devient Charles Liégeois Roastery

Café Liégeois se transforme en Charles Liégeois Roastery

Notre café s'est fait un nom, il a maintenant un prénom. Parce que certains nous cherchent encore au rayon dessert. Parce que d’autres pensent que nous sommes un café situé à Liège ou encore un café fait à Liège... Non, nous sommes Liégeois. Comme Charles Liégeois.

Un nouveau nom pour dire qui nous sommes vraiment. Une poignée d’hommes et de femmes, artisans torréfacteurs, qui cultivent les saveurs avec autant de passion que notre fondateur en 1955, Charles Liégeois. Un nouveau logo pour représenter notre savoir-faire. Une marque symbole de notre maîtrise dans la torréfaction, du grain à la tasse.